BiObernai 2020 : nourrir le corps et l'esprit
11, 12 et 13 septembre 2020

Il faut entretenir la vigueur du corps pour conserver celle de l'esprit. 
Vauvenargues, Les réflexions et maximes (1746)

 

De tous temps, philosophes et grandes figures spirituelles proposent une vision unitaire de l’être humain : « nourrir le corps sans nourrir l’esprit est principe de stérilité ». Les humanistes ont fait du «banquet le lieu où conjuguer, avec sagesse, les mets et les mots, les saveurs et les savoirs». Dans la tradition judéo-chrétienne, le rituel des repas a toujours revêtu un caractère sacré, où se mêlent, partage et générosité avec les autres et communion avec le divin.

Ce rapprochement, fait de tous temps, entre nourriture du corps et nourriture de l’âme ou de l’esprit pose de nombreuses questions. Au-delà des principes, rituels, croyances philosophiques et religieux de chacun, la qualité de ce que nous ingérons aurait-elle une incidence, non seulement sur le maintien en vie et en bonne santé de notre organisme mais aussi sur la qualité de ce que nous pensons, de ce que nous éprouvons ? Quand on parle de nourriture, parlons-nous uniquement de nourriture matérielle ou d’un autre type de nourriture ? 

Dans ce monde moderne et matérialiste dans lequel nous vivons, des médecins et praticiens de santé, de plus en plus nombreux, s’ouvrent à une vision plus holistique des choses : ils commencent à faire des liens entre une santé physique et mentale générale qui s’altère pour un nombre croissant de personnes, la qualité des aliments que nous ingérons, notre environnement de vie pollué de toutes parts (ondes électromagnétiques, profusion d’impressions et d’images générés par les canaux d’informations multiples, air et eau pleins de produits chimiques), mais aussi avec la qualité des pensées et des émotions que nous cultivons. 

Il est certain, que pour être heureux, en bonne santé tant physique que psychique - ce à quoi chacun aspire, non ? - il est préférable de manger des aliments de qualité biologique voire biodynamiques (donc « vivants »), cultiver des pensées positives, se préserver du stress et de tous types de pollution, peut-être même trouver un sens à sa vie en cultivant des valeurs éthiques et solidaires… d’où l’importance, pour parvenir à ce but, de bien nourrir son corps et son esprit ! 

C’est ce que nous aurons la joie de vous proposer sur BiObernai 2020, qui se tiendra les 11, 12 et 13 septembre sur le parking des remparts à Obernai... probablement une édition un peu particulière dans sa configuration eu égards au contexte sanitaire, social et économique actuel !


Maurice Meyer
Directeur Fondateur de BiObernai

 

Publicité